gototop

Liens très utiles

Liens JMT :

Lien vers e-sidoc

glpi
Liens éducation :
education gouv Eduscol

cned

onisep

academie_creteil

logo apb

Liens information/ prévention  : SEINE_ET_MARNE_LE_DEPARTEMENT
jeunes violences ecoute torcy-logotypo2

J'aime (pas) lire : le cercle littéraire créé par les élèves !

Aujourd’hui, nous allons regarder des films entre amis, nous allons écouter des concerts entre amis, nous allons danser à des soirées entre amis, nous allons voir des expositions entre amis, nous allons boire des verres entre amis, nous allons nous promener dans des parcs entre amis…

Et les livres dans tout ça ? Comme ça, quelquun qui lit, ce serait forcément quelquun de seul et dabandonné ?

Détrompons-nous !

            Lire un livre, c’est aussi une forme de partage. Un auteur écrit un texte et le diffuse, une personne le lit, elle apprécie, de suite elle s’empresse d’en parler à un ami qui le lit lui-même, mais apprécie moins, alors il prévient vite un autre ami qu’il ne doit surtout pas lire cet affreux tas de papiers tâchés d’encre, cependant le curieux ami le lit malgré tout, s’y découvre une passion dévorante pour l’œuvre de l’auteur, et caetera. Tous en discutent, voient les choses de manières différentes, et c’est comme cela que les mots vivent et passent de tête en tête, de cœur en cœur. Cela devient l’occasion de voir autre chose, une idée égarée entre deux phrases, une volonté cachée dans le coin d’une page ; l’occasion d’avoir envie de lire autre chose, de découvrir autre chose, ou qui sait d’écrire autre chose. Lire, c’est communiquer, recevoir un message, se l’approprier et s’apprêter à le transmettre à nouveau… avec notre propre regard.

Au club lecture J’aime (pas) lire, on l’a bien compris. Nos  rencontres sont celles de nos lectures, l’occasion de présenter, autour d’un thème choisi toutes les deux semaines, un livre qui nous a plu, envoûté ou fait au contraire regretter les quelques euros dépensés dedans pour au final dormir dessus ; l’occasion de retrouver d’anciens poèmes, de s’ouvrir à de nouveaux romans ou de comparer deux bandes dessinées. Parce qu’à J’aime (pas) lire, on accepte absolument tous les types de lecture, mais aussi tous les types de lecteur : du modeste amateur au féroce passionné, nos portes restent ouvertes chaque jeudi de 13h à 14h au CDI, pique-nique autorisé, bonne humeur exigée – dans le cas contraire, nous nous chargerons de vous punir avec une piqûre de plaisir à base de beaux et tendres mots et d’une convivialité certaine.

            Loin d’être austères, à J’aime (pas) lire, on vient là pour s’écouter les uns les autres et parler librement de ce qui nous touche, laisse parfois échapper un fou rire ou une vive émotion au sujet d’un texte qui nous est cher ; cette liberté de parole, elle s’exprime aussi dans le choix d’un coup de cœur et du thème à aborder collectivement. La communication est primordiale dans ces réunions joyeuses et enrichissantes, comme elle est l’est pour la littérature en général. N’oublions pas que l’Histoire de l’Humanité commence à l’invention de l’écriture, que les Temps modernes marquent l’invention de l’imprimerie, que c’est par les vieux manuscrits que nous connaissons mieux notre passé et par les dernières éditions que nous préparons notre avenir. L’être humain, privé d’un langage pour comprendre et pour s’exprimer, n’est plus qu’un pantin prêt à suivre n’importe quel baratin entendu çà et là ; si les mots ont parfois l’air de prisons et qu’il est bon de trouver soi-même ceux qui nous conviennent, c’est grâce à leur diversité que nous pouvons choisir et jamais on ne doit laisser quelqu’un s’emparer de cette liberté-là de communiquer.

            Notre premier thème, Souvenir, passé, mémoire, a de ce fait parfaitement inauguré l’objectif de J’aime (pas) lire. À travers l’Histoire collective, c’est l’histoire personnelle qui transparaît, et vice-versa. Nous sommes un tout, certes, mais à l’intérieur de cela à il y a des individus, avec des personnalités différentes, des vécus différents. Pour certains des expériences plus douloureuses restent gravées, pour d’autres  ce sont les plus glorieuses qu’on tâche de ne pas oublier. Mais dans tous les cas il est nécessaire de garder le passé en mémoire, le mettre face à nous, pour corriger les erreurs ou retrouver les saveurs anciennes. C’est là que nous avons besoin de l’Autre pour parler, soit pour mieux affronter ce passé, soit pour le révéler à ceux qui y sont étrangers. Ces deux dernières semaines, de nombreux auteurs nous ont fait nous plonger de la sorte dans les souvenirs de peuples, de personnages ou d’eux-mêmes pour retrouver le monde qui nous entoure avec des yeux nouveaux.

            Regarder par le prisme de la mémoire, c’est donc mieux voir, même si celle-ci est parfois douloureuse, qu’elle soit celle d’une personne ou d’un groupe auquel on appartient. La raconter, c’est apaiser ces tourments. La leçon que nous tirons de ces lectures croisées ne se résume sans doute pas qu’à cela, et nous vous invitons aussi à vous intéresser au coup de cœur de cette toute première aventure de J’aime (pas) lire, le roman La Joueuse de go de Shan Sha, déjà prix Goncourt des lycéens (eh oui !) en 2001, que mes camarades Greta et Alexia prendront soin de présenter dans un prochain article. Il ne tient qu’à vous de tenir peut-être un jour ce rôle ou simplement de nous rejoindre pour les mois qui arrivent pour lire, rire et débattre à nos côtés. Si l’envie vous prend d’être lecteur à votre tour, n’hésitez pas !

« Avant, jaimais pas lire. Mais ça, cétait avant. »

 

            Aujourd’hui, lire un livre, vous pouvez aussi le faire entre amis. Et c’est mieux !

Paul F., 1L

Mis à jour (Samedi, 14 Avril 2012 12:18)

 

vie-scolaire

MDLJMT

Vous pouvez suivre l'association des lycéens appelée la Maison Des Lycéens.

Nos partenaires

La banque de France

Nouveau_logo_ferme_du_buisson

logo_umlv

crous_creteil